Energie Deslandes

Non, la voiture électrique n’est pas qu’un véhicule pour la ville !

Voiture électrique
09 Octobre 2018
1 commentaire

Je profite du Salon de l’Auto qui se tient actuellement à Paris du 4 au 14 octobre 2018 pour tordre le coup à une idée reçue: non, la voiture électrique n’a pas automatiquement sa place en ville et surtout, elle n’y est pas cantonnée !

Une moindre pollution en ville, mais autant d’embouteillages

Une voiture électrique en ville aura un impact nettement moindre qu’un véhicule thermique, c’est un fait. Et ce sont nos enfants qui respirent mieux quand les moteurs thermiques n’ont plus droit de cité. Mais une voiture électrique reste une voiture : il faut des parkings pendant que les rues ne sont pas extensibles aux heures de pointe. Les embouteillages sont toujours présents. On passe toujours autant de temps dans sa voiture. Alors oui, quand il faut récupérer les enfants à l’école en revenant du travail, la voiture électrique est un moindre mal quand les autres solutions plus douces ne sont pas envisageables. Mais on est loin de la solution parfaite.

Et la charge, comment ça se passe en ville ?

En ville, la majorité des habitats sont collectifs. Parfois sans parking privé pour un éventuel véhicule familial. Et c’est là où le problème se corse : pour qu’une voiture électrique soit agréable à l’usage, il faut pouvoir la recharger facilement au moment où on ne s’en sert pas : le plus souvent la nuit. Mais les bornes publiques sont faites pour qu’il y ait une rotation des véhicules, elles sont moyennement adaptées à la recharge nocturne et ne le seront plus du tout avec beaucoup de voitures à recharger. La solution passe par des prises de charge lente dans les lampadaires et par la vulgarisation des prises électriques dans les parkings et garages privés. Pour l’instant, on n’y est pas encore : lors de ma recherche d’un appartement à louer, les agences étaient incapables de m’indiquer à l’avance s’il y avait l’électricité dans le garage. Il fallait se déplacer sur place et j’ai fini par trouver la perle rare. Certes avec un peu de chance.

Et les stations-services, comment ça se passe à la campagne ?

Le nombre de stations-services a été divisé par 3 en 30 ans. Et la diminution se ressent surtout en milieu rural. Quand vous avez 2 véhicules, vous pouvez faire le plein du véhicule qui va faire les courses toutes les semaines à l’hypermarché, à la station-service de cet hypermarché. Mais l’autre véhicule ? Vous devez souvent faire un détour. Combien de temps perdu, sachant qu’il faut faire le détour, remplir le réservoir et payer ? C’est au minimum 30 minutes de perdu car il faut rallier une station souvent à 10-15 kms du domicile. Alors que ce second véhicule pourrait être électrique, même s’il doit faire 100-150 kms par jour, et se recharger la nuit venue. De plus, les kilométrages plus importants amènent aussi une rentabilité plus rapide du VE. L’habitat rural est beaucoup plus souvent individuel et il est donc nettement plus simple de recharger un VE chez soi. Comme les foyers possèdent souvent 2 véhicules (ou plus), il est possible de n’avoir qu’un seul véhicule pour les longs trajets, une voiture hybride non-rechargeable étant une bonne candidate pour compléter un VE.

Pourquoi parler de la voiture électrique comme un véhicule de ville ?

La voiture électrique a une image de véhicule à faible autonomie et sans rejets polluants. Or la pollution de l’air est un sujet important pour les villes et les voitures qui y circulent font peu de kilomètres. elle paraît donc adaptée à la ville. Mais c’est oublier un peu vite que la voiture électrique retrouve toute son autonomie la nuit. Une thermique doit tenir avec un plein par semaine de préférence, mais l’électrique n’a besoin de tenir avec une charge qu’une seule journée ! La voiture électrique est une alliée de poids dans les zones mal desservies en stations-services, où elles peuvent facilement être rechargées la nuit et où le kilométrage plus important que la moyenne pèse dans le budget. Sans parler que les voitures électriques pourront entrer dans les villes soumises aux restrictions de circulation. Car à part les usines souvent situées en périphérie des villes, le reste des emplois sont souvent en ville. Et il faut bien pouvoir s’y rendre.

Le manque de communication sur les avantages de la voiture électrique à la campagne

Disons le tout de suite, les constructeurs automobiles ne sont pas conscients de l’usage qui peut être fait de leurs véhicules électriques. Ils voient comme tout le monde l’avantage en terme de pollution de l’air, mais pas de l’usage en milieu rural. Probablement car les personnes chargées de communiquer dessus n’utilisent pas de voiture électrique ou habitent en ville. Parmi les anecdotes, je peux citer mon père qui a eu plus de mal à trouver une station-service qu’une borne de recharge pour son hybride rechargeable en pleine campagne vendéenne (il faut dire que la Vendée est un département où l’électromobilité est très développée, plus qu’en petite couronne parisienne !). Il y a aussi l’absence d’alternatives à la voiture à la campagne (à part la moto électrique, mais il faut déjà apprécier la moto), alors qu’en ville, il y a plus de choix.

Quels choix à l’heure actuelle ?

En ville, il y a pas mal de solutions autres que la voiture individuelle : transports en commun, vélo (avec ou sans assistance électrique), scooter électrique (avec ou sans batterie amovible, permettant de recharger chez soi), autopartage (de préférence avec des voitures électriques),... Et s’il faut vraiment une voiture et qu’une recharge à domicile n’est pas possible, il reste le véhicule hybride : meilleure fiabilité, moins d’entretien, moins de consommation d’essence et souvent moins cher à assurer. Il est certain que je n’ai pas acheté ma Prius 2 d’occasion pour son design !
A la campagne, la voiture est vite nécessaire. Le meilleur compromis pour 2 véhicules ? Un véhicule hybride pour gérer les longs trajets en plus du quotidien (avec tous les avantages déjà cités) et une voiture électrique pour rayonner dans tout le département et plus si affinité. Car utiliser une voiture électrique au quotidien donne souvent envie de l’utiliser pour des trajets un peu plus longs, une fois l’habitude prise. Une recharge intermédiaire est souvent vite vue comme acceptable.

 

Photo d’illustration : Nissan Leaf on Cross Island Parkway cropped by Mariordo, Wikimedia Commons.

 

 

A propos de l'auteur

Guillaume Deslandes

Guillaume Deslandes


Je suis ingénieur en efficacité énergétique, spécialisé dans le changement des habitudes. Je suis très attaché à la protection de l'environnement. La pollution de l'air et de l'eau m'a toujours interpellé. Je suis passionné par l'optimisation énergétique : soit en passant par les comportements, soit en utilisant les solutions technologiques à bon escient. Curieux de nature, je suis toujours en train de tester de nouvelles solutions permettant de mieux utiliser l'énergie, de diminuer son impact environnemental et d'économiser son argent. Mon but est de partager avec vous mes connaissances, mes expériences et mes méthodes pour vous permettre de réaliser votre transition énergétique en toute sérénité.

1 commentaire

@